Sancerre : Un peu d'histoire et de géographie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sancerre : Un peu d'histoire et de géographie

Message par Daniel le Jeu 5 Jan - 0:28

Sancerre

La commune se trouve à environ une demi lieue de la rive gauche du fleuve et de son confluent avec la Vauvise, et à treize lieues au nord-est de la ville de Bourges. La ville ainsi s'étale sur la pente la moins escarpée, située au sud-ouest, depuis la base de la colline jusqu'à son sommet, marqué de ces vestiges fantomatiques d'un passé douloureux, et encore très présent dans les esprits des gens de la région. De là haut, Sancerre offre les merveilles d'un panorama éblouissant sur son vignoble et sur les bords de la Loire.




La ville de Sancerre est située sur une petite colline isolée, se rattachant aux vallonnements naturels de la région du Sancerrois et dont en son sommet perdurent les ruines d'un ancien château fort, dominant le niveau de la Loire, de près de mille pieds de haut.

Le château de Sancerre et les remparts de la ville furent démolis il y a peu en 1621, et fut l'un des plus forts châteaux du Moyen Âge construits en France, il en reste cependant aujourd'hui l'ancien donjon, la Tour des Fiefs.




La Tour des Fiefs, date de la fin du XIVe siècle, et c'est la seule des six tours restante, un des derniers vestiges du château des comtes de Sancerre, château féodal du XIVème siècle. Ce donjon est cylindrique, de douze mètres de diamètre, rond à l'extérieur, hexagonal au dedans, et atteignant trente mètres de hauteur. sis au sommet de la colline. Flanqué d'un escalier de pierre en spirale, il abrite au rez-de-chaussée un arsenal privé recelant armes et boulets, vestiges et témoins de la période du siège de 1573. Au premier étage se trouve les réserves de poudre et mèches des artificiers. Le château des comtes de Sancerre et les remparts de la ville furent démolis en 1621.

Ce château fut de 1152 à nos jours, le siège des comtes de Sancerre dont des membres de la famille furent Grands Officiers du royaume de France : comme Louis de Sancerre, Connétable de France, successivement la maison de Sancerre (1152-1419), la maison d'Auvergne (1419-1436), la Famille de Bueil (1451-1628). Même Charles VII dit « Charles le Victorieux » ou encore « Charles le Bien Servi » et Jeanne d'Arc séjournèrent au château de Sancerre, alors place stratégique à la frontière du « Royaume de Bourges ».

Sancerre était donc il y a quelques années fortifiée, construite sous le château, fermant ainsi de ses anciens remparts, l'accès à la pente la moins escarpée de la montagne, pour mieux protéger la ville.




Plus bas en la ville, le Beffroi de Sancerre, ou Tour Saint-Jean, a lui été construit en 1509 par un certain Guillaume Pellevoysin, architecte berruyer très prisé durant sa vie. Il est divisé en trois parties : le rez-de-chaussée aménagé en une petite chapelle. Au premier étage, se trouve le lieu de réunion des échevins de la commune, et au second étage, les cloches baptisées respectivement ; "Françoise, Marie, Pauline et Gabrielle".

Après le siège de 1573, le général de La Châtre commandant des armées royales, avait ordonné en plus de la démolition des fortifications, l'enlèvement de l'ancienne et unique cloche du beffroi, ainsi que son horloge qui matérialisait les franchises accordées à l'époque à la ville.

Le bourg de Sancerre est semé d'églises. Les plus importants édifices romans sont "l'église Saint Romble", sous le patronage de l'abbaye des femmes de Saint-Laurent de Bourges, et surtout Saint-Père la None, dépendant de Saint-Benoît sur Loire.




Cette dernière possède un portail au tympan nu, bordé de quatre tores se prolongeant aux piédroits.

Des chapiteaux s'affichent ainsi sous la place de la ville, l'un relève du type corynthien, avec des masques humains sculptés aux angles et présente à la base de la corbeille, la double rangée de feuilles caractéristique du Berry. Un autre chapiteau est orné d'oiseaux effrontés.




Vous découvrirez au gré de vos promenades, la riche histoire de Sancerre à travers ses ruelles typiques, le grenier à sel, la maison Farnault, la maison Clément, celle de Jacques Cœur, l’arbre de Jessé..., motif fréquent dans l'art religieux entre le XIIe et le XVe siècle.




Il représente une schématisation de l'arbre généalogique présumé du messie à partir de Jessé, père du roi David. L'arbre que vous verrez gravé en linteau d'une maison, porte la date de 1339 sous le cartouche. A l'intérieur de celui-ci sont également représentés les monogrammes entrelacés "SP" de Saint Palais et "TP" de Turpin qui étaient les seigneurs de Vaufreland, et donc en ce lieu était leur maison.

Bref, nombreux monuments ou vestiges... et surtout ses petites anecdotes...


avatar
Daniel

Messages : 54
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum