[RP] Loin des sentiers battus

Aller en bas

[RP] Loin des sentiers battus

Message par Belle le Ven 28 Avr - 23:28

Il était une toute jeune fille arrivée avant l'épidémie qu'on eut dit sortie de nulle part. Ne demandant rien à personne... Euuuh en fait personne ne se souvenait lui avoir demandé quoi que ce soit ! elle suivait avec entrain son bonhomme de chemin goûtant à la vie rude mais simple des paysans berrichons. Solitaire, elle ne liait conversation avec l'habitant que pour louer ses services de bergère, lingère, main d'oeuvre en construction, semeuse, maraîchère et j'en passe.
On la trouvait agréable pourtant, courageuse et enjouée malgré la vie dénuée de fioritures qu'elle s'était destinée. Si jeune ?? Oui madame, si jeune. Mais au fait quel âge avait-elle exactement ? Que disait sa famille de cette situation ? Oh, ça... On savait seulement qu'elle n'avait jamais été aperçue en compagnie d'aucun parent. Elle semblait pousser d'elle-même, vigoureuse comme une mauvaise herbe des bords de route, se contentant de sa part de lumière et d'eau fraîche. En un mot elle était là et personne ne s'en plaignait, ni plus ni moins, apparition éphémère des jours de marché en tant qu'exposante ou acheteuse, repartie aussitôt on ne savait où car personne ne connaissait sa demeure.

La première fois que quelqu'un en apprit plus sur elle équivaut à la première fois où quelqu'un prit la peine de bien la regarder, et la considérer un peu plus qu'un gentil meuble ambulant.
Un trouvère attaché à quelque château des environs s'étant enivré à l'auberge du coin s'en allait dans les rues digérer son festin, déclamant, l'âme inspirée, à chaque personne croisée quelques vers de sa composition.
Notre jeune fille tombant nez-à-nez sur lui au détour d'une rue ne put échapper aux pulsions créatrices du drôle qui se mit à la suivre d'un pas sautillant.


Hé, la belle (à défaut de connaître son nom c'est ainsi qu'on la nommait) ! Te sauve donc pas comme ça !

C'est que la jeunette effarouchée de son tapage tentait de lui échapper sans demander son reste.

Hep ! La réaction de la jeune fille l'amusait au plus haut point. Allons, je vais point t'faire de mal ! J'voudrais seulement t...

Il l'avait rattrapée en quelques enjambées dégingandées et attrapée par le bras, sans rudesse mais maladroitement du fait de son ivresse. Elle, se sentant retenue avait bien dû se retourner et lever son regard sur lui. Aussitôt les yeux de l'homme s'étaient arrondis.

Mais... La d'moiselle a les yeux pairs ! De surprise, ses paluches avaient desserré leur étreinte sur le petit bras prisonnier et la jeune fille s'était aussitôt enfuie au pas de course. Ne resta plus que le poète qui partit d'un grand éclat de rire en répétant à qui voulait l'entendre le résultat de sa trouvaille.
La première réaction à cette annonce (les faits se déroulaient dans un de ces petits hameaux où les nouvelles étaient si rares que chaque ridule dans l'eau calme des journées était relayée, commentée et accueillie comme information capitale) furent de la défiance. Des yeux vairons, c'était l'affaire du Malin, nan ? On parla même de l'interroger pour en savoir plus sur ses affiliations. Mais rapidement le sens commun prit le parti d'hausser les épaules de toute cette histoire en concluant invariablement les nouveaux débats d'un "Bah ! Laissez-la vivre ! " las.

Ainsi se conclut la seule opportunité qu'eurent les habitants d'en savoir plus sur leur discrète curiosité. Et qui eut au final pour seul résultat de raréfier encore plus ses apparitions, car on ne la revit plus dans le coin.
Farouche, vous avez dit farouche ?
avatar
Belle

Messages : 10
Date d'inscription : 28/04/2017
Localisation : jamais là où on l'attend

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Loin des sentiers battus

Message par Belle le Mar 5 Déc - 14:19

[un dimanche quelconque]

Et Belle sur le chemin de l'Eglise suivait de son regard vairon la danse des feuilles de tilleul prises dans un tourbillon. Partie à tierce il lui fallait une bonne heure de marche pour arriver au village de C... dans la paroisse de F... où la messe commencerai au son des cloches.
Elle avait ajouté sur son bliaud en lainage grossier un pelisson de renard qu'elle avait fait elle-même avec ses prises de la saison. Bien sûr elle savait ce qu'était le braconnage, mais l'hiver s'annonçait rude et les quelques pièces qu'on lui donnait pour sa peine largement insuffisantes pour assurer son quotidien. Dans sa belle logique propre à elle, la jeune fille estimait que ces renards ne manqueraient à personne, et certainement pas aux poules qu'on laissait à sa surveillance ! Et surtout, personne n'en saurait jamais rien, hein.
Et puis quel bonheur de déambuler bien au chaud sur la terre givrée qui craquait sous ses pas ! Notre rêveuse ainsi active ne ressentait pas le froid ambiant, c'est donc les joues roses qu'elle arriva en vue du village de C... . A la hauteur des premières maisonnettes elle couvrit ses cheveux d'un fichu en toile rêche ainsi que toutes les femmes le faisaient pour assister à la liturgie. La légère appréhension qu'elle suscitait face à ses semblables ne tarda pas à se manifester sous la forme de regards méfiants de la part de ceux qui croisaient son regard. A ce phénomène courant la jolie jeunette opposait sa simple bonne humeur naturelle.

Belle aimait assister à l'office dominical, surtout en cette période de l'Avent où la ferveur se faisait plus forte et les cœurs plus doux. La rancœur ne faisait pas partie des cadeaux que lui avaient fait les bonnes fées penchées sur son berceau. Que ses semblables se méfient, elle ne pouvait pas vraiment leur en vouloir. Sa bouche connaissait les prières par cœur, ses pensées vagabondaient dans les prés immatériels.
En fait elle posait son étrange regard sur les échines courbées dans la nef de bois. Un regard clair, calme et sans méchanceté aucune. Pour son très jeune âge les pensées qui couraient dans sa jolie tête étaient bien matures.
Qu'avait-elle de si différent d'eux ? Elle appréciait pourtant se joindre aux discussions, veiller les bêtes et les champs, elle croyait fermement que les êtres qui faisaient prospérer la terre du Très-Haut méritaient Son amour. Oui elle aimait la simplicité de sa vie, rythmée des saisons et des Heures de prière.
Alors pourquoi ce sentiment d'insatisfaction ?
Même au milieu de cette assemblée, ou même lorsque le labeur lui occupait les mains, elle ressentait un manque étrange. Comme si tout cela ne la concernait pas malgré ses efforts pour ressembler à ses pairs.
Comme si elle ne comprenait pas le but final à tout cela.
Comme si... elle n'était pas ce qu'elle prétendait être.
avatar
Belle

Messages : 10
Date d'inscription : 28/04/2017
Localisation : jamais là où on l'attend

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum