[RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Louis-Oscar le Sam 4 Fév - 22:39

Louis-Oscar a écrit:( le 9 juillet 1655 )

Quelque part en Terre du Berry, dans un monastère situé non loin de Bourges, un homme armé d'une plume, noircissait le vélin posé devant lui par d'élégantes arabesques.

En y regardant de plus près, on reconnaissait bien vite des lettres qui formaient des mots, et mis bout à bout des phrases même ... si si !
Et en y regardant d'un peu plus loin cette fois, on pouvait voir un magnifique loup blanc, enfin presque...
Quelques nuances de gris pâle agrémentaient sa blanche houppelande .


Un loup..?
Mais...si c'est Nuage....?


Et bien oui, c'est Louis-Oscar qui s’attelle à son écritoire...!

Peut être un conte ou une nouvelle histoire...?

Bon ...
Quand vous aurez fini de poser mille questions, il pourra peut être avancer son Ouvrage hein...!
Chut...!
Il faut savoir que ce jeune homme est un peu particulier...
Il aime le silence, il aime réfléchir et tout comprendre, la notion du temps, des lieux il semblerai qu'il n'en ai cure...
Se prendrai-il pour le maitre du temps..?
Allez savoir...
Toujours est-il que pour écrire, s'immerger lui est nécessaire, pour mieux s'envoler peut être..?

avatar
Louis-Oscar

Messages : 684
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Louis-Oscar le Sam 4 Fév - 22:42

Louis-Oscar a écrit:Prologue :

En cette belle matinée du jeudi 18 juin de l'an de grâce 1655, les yeux encore plein d'étoiles de la nuit passée aux cotés de mon Aimée, j'arrivais comme à mon habitude en Mairie de Eu (jolie ville Normande, bordée par la mer pour ceux qui ne la situe pas) où j'assurais la charge de Maire et Conseiller aux Finances.
Le temps d'approcher la bouilloire du foyer, puis de savourer quelques gorgées encore brûlantes d'une infusion revigorante, je repassais chaque lignes du bilan hebdomadaire...

Louis-Oscar a écrit:Le jeune Maire venait juste de finir de rédiger le bilan hebdomadaire, quand Pierreangel entra précipitamment avant de lancer :


bonjour mon Ami, il se passe de drôles de choses. Les gens courent dans tous les sens et certains sont malades et toussent! Une èpidémie arrive sur nos villes.
Que doit-on faire ? je ferai ce que vous me demanderai sans restriction !

Oh ...!

C'est tout ce que louis-Oscar arriva à répondre à l'annonce de ces nouvelles alarmantes....
Le visage de son Ami trahissait son inquiétude...

Il se leva, passa sa main dans ses cheveux, sans doute pour mieux appréhender l'urgence de la situation...

Une épidémie sur la ville...
Les habitants qui s'affolent...


Dans un premier tant, il me faut informer l'ensemble des habitants de la situation par missive.

De votre coté Pierre
Pouvez vous contacter votre Amie Cara, qui a une formation médicale il me semble bien. Lui demander si on peut diriger les malades déclarés vers son Refuge..?
Camille ma mère adoptive a quelques notions également et connait l'usage des simples. Elle pourrait à me demande assister Cara dans cette lourde tâche...

D'autre part, suite à la missive que je vais rédiger, je vais demander aux habitants volontaires de vous contacter, pour assurer la sécurité des habitants dans la ville, diriger les malades vers le refuge.

Il faut eviter à tout prix les réactions de panique, qui feraient plus de dégâts que l'épidémie elle même...

Ajouta t'-il à voix haute, parlant pour lui même.

Comme vous l'avez remarqué, ce n'est pas vraiment le début d'une histoire...
Mais il me plait à penser que toute comme moi, il vous arrive de commencer un livre par la fin, avant de vous y plonger.

Voilà pourquoi je commencerai par vous relater l'Exode qui nous conduira, pour fuir cette épidémie meurtrière, en Terres Berrichonnes...

avatar
Louis-Oscar

Messages : 684
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Louis-Oscar le Lun 6 Fév - 0:30

Louis-Oscar a écrit:Il y avait en Normandie, un charmant village du nom de Eu.

Prospère grâce à ses habitants travailleurs et solidaires, il faisait bon y vivre ...!
Les étudiants et les nouveaux arrivants trouvaient de tout sur le Marché, sans parler de diverses aides pécuniaires  pour agrémenter leur quotidien .

Mais depuis peu les habitants tombaient malade...
De nombreux rats arpentaient les rues, bien plus qu'à l'accoutumée...

Un navire en provenance des lointaines Amériques  serait il là cause de tous ces maux....?


mercedes a écrit:
Bonjour à vous

A TOUT LES HABITANTS NORMANDS .

  Il vous ai demandé de préparer vos malles ,vos meubles ,votre diligence pour aller dans d 'autres villes du Berry

  Attendez tous un voyage groupés ( restez groupir  Razz )

Je vous remercie de ne pas céder à la panique surtout

Mercedes Falcone de Villefort

Secrètaire de la maison du roi


De nombreux habitants répondirent présent et la solidarité fut à nouveau à l'honneur...!
Chacun œuvrait selon ses compétences :

Pierreangel, en tant que conseiller à la sécurité encadrait, rassurait et guidait les habitants démunis face à l'adversité.

Cara s'occupait des malades et les isolait des bien portants, leur apportant quelques soins, nourriture et réconfort.

Angelique aidée d'Emma, et sous la protection de Nuage, préparaient le Manoir des Quatre Cœurs pour recevoir les réfugiés de Saint Pierre Port attendus.

Camille et Danath veillaient sur les Bambins à l'Iliade, rassemblant diverses plantes, et objets indispensables sur les routes. Et d'y avoir passé de nombreuses années faisait des parents adoptifs de Louis-Oscar des voyageurs aguerris !

Ethelstan avec de l'aide qu'il avait fait venir du Monastère proche, jouait le sinistre rôle de fossoyeur...
Parcourant les rues du village avec un simple masque de tissu sur le nez et la bouche (ordre de Camille, alors on discute pas hein...!), ils empilaient les morts dans la carriole tirée par Nestor puis brûlaient les corps au cimetière de Eu...
Cette mission macabre était essentielle pour protéger les vivants...

Le jeune Maire quand a lui, veillait à orchestrer au mieux tout cela...
Préparant des stocks de nourriture, d'eau, de couvertures et d'outils, listant les attelages et chevaux disponibles sur l'ensemble du village, prévoyant l'itinéraire pour chaque convois, en évitant les villes.


Chapitre 1 ...Débarquement sur les plages Normandes.

Le Port de Eu était maintenant Zone fermée, source de cette épidémie meurtrière...
Pourtant c'est avec de lourds navires que les rescapés des îles devaient approcher des côtes...

Louis-Oscar, aidé de Danath son père adoptif, repérèrent une vaste plage dégagée, non loin du Manoir où les habitants de SPP trouveront refuge jusqu'au lendemain, Jour du grand Départ.

Ils s'activèrent à rassembler le bois qui était destiné aux feux des maisonnées...
Puisqu'ils devaient tout laisser, ce bois déjà débité serait donc le combustible idéal pour alimenter les  feux...

Au nombre de trois, les bûchers furent espacés, embrasés et gavés de bois...
Il était impératif que ces signaux soient visibles au large, et les deux hommes s'y appliquèrent...
La chaleur dégagée était intense...

Une fois les feux installés il suffisait de les alimenter régulièrement jusqu'à apercevoir au loin les premières voiles.

Le jeune Maire retira sa chemise et ses sandales, puis avança dans la mer pour se rafraichir. Danath en fit autant, avant de rentrer vers l'Iliade retrouver Camille son épouse .

Les yeux perdus vers l'horizon, l'esprit tourmenté, Louis-Oscar tentait de réfléchir aux lendemains à venir...
Mais qu'il lui était difficile de tout laisser...
Surtout ne pas se retourner, se tendre vers l'avenir et le préparer au mieux...

Il fut tiré de ses pensées par son Adorée, son Angelique...
Le jeune homme lui ouvrit grand ses bras, et elle s'y réfugia...

Et c'est ainsi que sans un mot prononcé, leurs yeux scrutaient l'horizon pour accueillir et recevoir sur cette plage Normande les rescapés de SPP


pierreangel a écrit:pierreangel arriva sur la plage où des feux avaient été allumés. Il se demandait bien pourquoi ? Ce n'est qu'une fois sur cette belle plage qu'il vit Louis-Oscar avec Angélique.

Bonjour Mon ami, Bonjour Angélique. Je m'excuses de vous déranger ! J'ai mis une affiche en Mairie pour les dilenges et chariots . Les feux c'est pour les bateaux ?
Je vais donner des ordres aux gardes de venir afin de diriger les personnes !

pierreangel attend la réponse de Louis-Oscar

Louis-Oscar a écrit:Tandis que le jeune couple semblait avoir arrêté le temps, peut être pour immortaliser les souvenirs qu'ils laisseraient à jamais en leur terre Normande, Pierreangel  les rappela à la réalité de l'instant....

Bonjour Mon ami, Bonjour Angélique. Je m'excuses de vous déranger ! J'ai mis une affiche en Mairie pour les dilenges et chariots . Les feux c'est pour les bateaux ?
Je vais donner des ordres aux gardes de venir afin de diriger les personnes !

Coucou Pierre, et non vous ne nous dérangez pas, nous guettions l'arrivée des premières voiles...
Et oui ces feux sont destinés à guider les navires vers cette plage, le port de Eu étant condamné...


Relâchant l’étreinte de ses bras, il couvrit simplement son Adorée de son aile, et poursuivit...:


Angelique et moi même restons icelieu pour les accueillir et les accompagner jusqu'au Manoir préparé à leur intention.

Vos gardes ont assez à faire déjà pour sécuriser la ville, guider et rassurer les habitants...
L'urgence étant d'isoler les malades déclarés pour limiter que cette épidémie ne nous décime tous...!
Ethelstan et ses moines brûlent au cimetière d' Eu les victimes de ce Fléau...


Puis le jeune Maire repensa aux récits bibliques que son précepteur lui avait fait découvrir...
Les fléaux..., l'Exode..., la Terre Promise... .
Le Berry serait il donc cette Terre ...?

Il enlaça à nouveau sa jeune épouse contre lui, peut être pour se rassurer lui même, ou peut-être percevait-il maintenant cette lueur d'espoir inspiré par Pascal lui même...
Et face à la mer Ange(et)Lo guettèrent à nouveau...


pierreangel a écrit:pierreangel regarde son Ami et Angélique , ils forment un beau couple.

Soyez prudent et faites attention aux malades ! Je ne penses pas que Dame Cara serait contente de vous soigner et surtout pensez au bébé!
Je vais ordonner aux gardes de diriger les habitants vers le marché afin d'être prêt quand nous devrons partir.


pierreangel fait demi tour et quitte la plage

Madalena a écrit:[Un bien long voyage]

Une fois que tout le monde eut embarqué, et alors seulement, Madalena prit son carrosse pour aller prendre son propre navire, le Millelieues. Et le navire avait hissé les voiles.

Après s'être assurée que tout le monde à bord allait bien, elle avait passé son temps sur le pont, à regarder la Principauté disparaître. Puis elle avait tourné ses regards vers devant, vers cet avenir tellement incertain.

N'avait-elle pas échoué dans la mission que son parrain lui avait confiée ? Charlotte lui avait assuré que non, que personne ne peut rien contre les épidémies mortelles. Mais elle vivait ce départ comme un aveu d'échec et une blessure profonde.

Qu'allaient-ils tous devenir, étrangers en exil dans un autre pays ? Qu'allait-elle devenir ?

Par moment, les larmes coulaient toutes seules, et elle laissait le vent marin les essuyer. Qui sait quand elle pourrait le revoir cet océan...

Finalement, après un long trajet, la côté fut en vue.


- LES FEUX ! C'EST LE SIGNAL CONVENU ! hurla la vigie.

Toute la flotte, de bien nombreux navires militaires et marchands, fixèrent le cap en fonction. Et finalement, tous jetèrent l'ancre. Les chaloupes furent mises à la mer, et les premiers ramèrent à l'unisson, en direction de ce qui leur semblait être une lumière dans les ténèbres.

- Charlotte, occupez-vous de faire débarquer nos gens et de nos affaires. Je vais à terre pour rencontrer la personne chargée de notre accueil par le Régent.

- Très bien Votre Grâce.


Lena, aidée par les marins, embarqua à son tour sur une chaloupe. En quelques minutes, ils arrivèrent sur la plage. La jeune femme posa pied à terre.

C'était le premier pas vers une nouvelle vie.

Louis-Oscar a écrit:Enfin à l'horizon la première voile fut en vue ...!

Et Le jeune Maire resserra un instant son étreinte autour de son Aimée en lui murmurant :


Les voilà...
Ils ont traversé la mer, pour rejoindre comme nous la Terre Promise si riche d'Espoir ...


Il effleura de ses lèvres la chevelure de son Ange, puis desserra son étreinte.
De nombreuses voiles agrémentaient l’horizon maintenant.
Puis bientôt, les premières chaloupes furent en vue sur la mer calme.

Le jeune couple s'approcha plus avant pour accueillir la première personne à toucher terre ;

Bienvenue à vous !
Je me présente: Louis-Oscar de la Tour du Pin, Maire de cette Ville  ...
Et voici Angelique ma douce Épouse.

Puis le jeune Maire s'inclina légèrement, avant d'offrir un franc sourire à cette jeune personne, et il lui tendit machinalement sa main, pour l'aider à faire ses premiers pas sur le sable Normand.

Angélique LeRoy a écrit:

 Angelique avait passé un long moment avec son époux Lou ...Elle était restée blottie contre lui scrutant l'horizon guettant l'arrivée du bateau en provenance des iles

  Tout était pres pour les accueillir... Angelique avait mit a disposition le manoir.Des lits, des draps, du linge de maison des bandes de tissu pour les pansements

 Lou avait livré de pleines charrettes de nourriture et boisson

 La tête posée sur l'epaule  de son epoux,Angelique se serra contre lui quand il lui murmura a l'oreille

 
Les voilà...
Ils ont traversé la mer, pour rejoindre comme nous la Terre Promise si riche d'Espoir ...

Elle lui sourit et lui murmura a son tour

 Un nouveau depart pour nous aussi et une terre d'espoir pour nos enfants

Angelique alla accueillir les passagers avec son Aimé

Bienvenue dans la ville d'Eu.Tout a été préparer pour votre arrivée

Angelique souriat a la jeune femme qui s'était approchée d'eux


Madalena a écrit:Madalena suivie de quelques marins s'approcha du couple qui était venu vers elle.

Bonjour. Merci pour votre accueil à tous deux.

Je suis la Duchesse Madalena de Saint-Samson, Régente de la Principauté. Les habitants de nos Îles me suivent.


Elle prit timidement la main tendue, sans s'être seulement aperçue à quel point elle était glacée et tremblante.

Elle ne savait ni que dire ni que faire, ses yeux bleu errants sur le paysage nouveau comme ceux d'un animal affolé.


Louis-Oscar a écrit:Angelique s'était présentée à son tour.
Puis la jeune femme s'identifia, avec une toute petite voix... :
Bonjour. Merci pour votre accueil à tous deux.

Je suis la Duchesse Madalena de Saint-Samson, Régente de la Principauté. Les habitants de nos Îles me suivent.

La main tendue fut timidement saisie par une menotte glacée et tremblante...

Un instant Louis-Oscar ouvrit plus grand ses yeux en entendant les titres prononcés...
Mais oubliant le protocole et les bonnes manières, devant l'émoi  de cette jeune personne, il serra sa main un peu plus, la soutenant au mieux.


Mille pardon Duchesse Madalena, pour manque de manière...
Mais l'heure n'est pas aux courbettes, il me semble...

Vous êtes gelée ...
Mon épouse va vous guider jusqu'au Manoir où vous serez reçue ...
Réchauffer vous, mangez un peu et oubliez quelques instants vos  tracas..
.

Puis plongeant ses yeux dans ceux de son Aimée, il lui confia la jeune Régente épuisée.


Je reste sur cette plage pour aider les arrivants à accoster, avant de les guider à leur tour vers les Quatre Coeurs.


Madalena a écrit:Le contact plus prononcé de sa main la sortit un peu de sa torpeur. Les yeux bleus se tournèrent vers lui.

Ce n'est rien du tout Monsieur. Votre secours et celui de votre épouse valent toutes les courbettes du monde.

Je vous en supplie, prenez soin d'eux... Je... je suis fatiguée. Juste le temps que je me repose.


Elle n'était pas fatiguée, elle était au bout du rouleau nerveusement comme physiquement, dévorée par la culpabilité et complètement perdue. C'est comme un automate qu'elle suivit la dame.


Louis-Oscar a écrit:Le jeune Maire regardait s'éloigner les deux jeunes femmes en direction du Manoir qu'Angelique avait recouvert et fait préparer pour recevoir les îliens ...

Il fut rapidement sorti de ses pensées par les chaloupes qui arrivaient maintenant en nombre.
Les marins et les gardes aidaient également les passagers à débarquer qui tanguaient légèrement quand ils posaient les pieds sur le sable Normand.

Certains s’assirent simplement sur le sable, leur regard figé, encore sous le choc d’avoir dû tout quitter...

D'autres chaloupes se dessinaient  à nouveau entre les vagues, et Louis-Oscar inspira profondément, passa machinalement sa main dans ses cheveux, et paru plus motivé que jamais de redonner courage à ces gens inquiets...
L'Espoir deviendrait une nouvelle épidémie, et salvatrice celle là !



yolane a écrit:Le bateau arriva doucement près d'une barque , yolane était perdue regardant si elle voyait Pierre avec sa fille .

Un Marin l'aida à descendre du Bateau .Elle se laissait guider , les forces n'y été plus , tout c'est passé si vite qu'elle pensait rêver .Les Lumières se voyaient au loin !

L'homme lui tendit la main pour monter dans la barque .


Merci Monsieur dit elle d'une voix triste . Et s'installa machinalement pour rejoindre la plage .


*Victoria* a écrit:C'est une monture et un cavalier haletant et poussiéreux qui fait halte sur la plage de EU. L'homme d'une voix ferme se fait entendre.

J'ai ici un pli privé pour La Duchesse de Saint-Samson.

Le pli est remis et le cavalier et sa monture s'en retournent vers Paris où d'autres plis ne tarderont pas à être portés en urgence, eux aussi.


PLI PRIVE POUR LA DUCHESSE DE SAINT-SAMSON:







LE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DE FRANCE ET DE NAVARRE


A sa Grâce Mademoiselle la Duchesse de Saint-Samson



Nous vous remercions pour votre réponse par retour de missive. Sachez que le Régent de France se préoccupe de votre voyage et de votre prochaine installation sur les terres du Berry. Je tiens également à vous apporter mon profond soutien pour ce déracinement qui est le vôtre ainsi que pour l'ensemble de votre peuple que j'ai pu apprécier lors de notre dernier voyage sur votre belle Principauté.

Je suis actuellement toujours à Paris et vous invite donc, si le moindre besoin se faisait sentir, à m'écrire au Louvre. Je ferai tout ce que nécessaire pour vous rendre ce voyage le moins pénible possible.

Je suis d'ores et déjà en train d'étudier en urgence où vous accueillir et vous loger dans le Berry avec tous les égards et honneurs dus à votre rang mais aussi pour l'ensemble de votre peuple car il me semble évident que dans la situation que nous traversons, il ne peut être laissée de côté aucune âme désireuse de reconstruire une vie dans cet ailleurs que le Tout Puissant nous indique.

Prenez grand soin de Vous Vôtre Grâce et sachez que depuis Paris, mes amicales pensées vous accompagnent avec sincérité.



Fait à Paris, le 20 Juin de l'An de Grâce 1655





Louis-Oscar a écrit:Les chaloupes Arrivaient encore, de nombreuses personnes attendaient, regroupées sur ce petit coin de plage...
Louis-Oscar se décida alors et d'une voix forte , pour couvrir le bruit du ressac et du brouhaha ambiant, il s'adressa aux premiers débarqués :


Reprenez courage et suivez moi !
Je vous invite à retrouver votre Régente, la Duchesse Madalena au Manoir, où vous pourrez vous prendre un bon repas et vous reposer un peu, des chambres vous sont préparées !
http://droits-divins.foruml.biz/t5180p75-rple-manoir-des-quatre-coeurs

Le jeune Maire aida une jeune femme qui semblait sans force à se remettre sur ses pieds, et découvrant un tout jeune enfant auprès d'elle, il lui tendit ses bras et le porta , puis guida cette première vague de gens jusqu'au quatre cœurs, en soutenant comme il pouvait cette mère épuisée.


yolane a écrit:yolane reprit un peu ses esprits  je suis  " l'ex  Maire de St Port  "  

Merci Monsieur , j'espère que tout le monde a suivit , j'ai fais toutes les maisons .D'ou mon épuisement .


J'ai hâte de voir Madalèna  nous avons besoin de faire le point .


yolane suivit le mouvement  la robe trempé et les chaussures n'en parlons pas
.


Angélique LeRoy a écrit:Angelique voyant la duchesse épuisée lui proposa de l'accompagner au manoir

Vous avec l'air epuisée.Je vous ai preparé une chambre  avec un bain chaud pour vous detendre

Ne vous inquiétez pas mon époux va faire le necessaire pour amener les passagers au manoir

Angelique alla vers son epoux et l'embrassa tendrement et lui murmura prenez soin de vous et revenez moi

Angelique fit installer la Duchesse confortablement dans la diligence


Madalena a écrit:Suivant la dame jusque dans la diligence, elle était tellement dans le brouillard qu'elle ne vit même pas cette pauvre Yolane. Elle se pelotonna dans un coin du véhicule en tremblant et ne bougea plus.
avatar
Louis-Oscar

Messages : 684
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Louis-Oscar le Lun 6 Fév - 21:34

Louis-Oscar a écrit:

Au Manoir des quatre Coeurs :


Emma.Roseray a écrit:18 juin

Emma avait proposé son aide pour aider Angélique dans son manoir à tout préparer pour l'arriver des habitants qui ne seraient pas
atteint de l'épidémie.
Elle aimait bien la façon dont les choses se passaient. Pas l'épidémie biensur, mais le fait que des habitants font se qu'ils peuvent durant cette longue période où l'épidémie sévira. L'on ne sait pas pendant combien de temps cela durera et combien de personnes disparaitront avec. D'un sens la ville avait un maire dévoué, même si elle ne le connaissait pas beaucoup, elle ne le voyait pas ne rien faire face à cette épidémie. Ses courriers aux habitants montraient à quel point le fait de s'investir pour la ville lui est cher.
Elle ne sait pas comment cela se passe dans les autres villes.
La ville avait besoin de mains pour l'aider alors Emma n'avait pas hésité à se porter volontaire.
C'est pleine d'entrain qu'Emma se rendit au manoir d'Angélique. Elle frappa puis attendit.

Louis-Oscar a écrit:C'est la calèche lourdement chargé de victuailles diverses, de plantes à brûler et d'autres à infuser, que Louis-Oscar s'arrêta devant les hautes grilles closes du Manoir des quatre Cœurs,accompagné de son Adorable Ange et de Nuage

Le jeune Maire sauta au bas de l'attelage pour les ouvrir, puis le guida jusqu'à la porte principale où attendait déjà Emma.


Coucou Emma, comme je suis content de vous voir ici !
Grand merci pour votre aide, la solidarité est nécessaire pour traverser ses heures sombres....


Il aida Angelique à descendre, puis commença a déposer la cargaison jusqu'aux cuisines.

Puis se tournant vers son Aimée, il la prit un instant dans ses bras et lui murmura.


Prenez soin de vous Ange ! Pensez à brulez de la sauge de temps en temps et de boire cette infusion peu ragoutante hein !
Je ne supporterai pas qu'il vous arrive malheur..

Camille nous a affirmé que ça protégeait notre corps des maladies !
Il y a quelques masques aussi, n’hésitez pas à vous en couvrir le nez et la bouche .
Et vous pouvez en faire d'autres en sacrifiant un peu de literie.

Ah ..!
En parlant de literie, montrez moi ce que je peux emporter pour le refuge de Cara s'il vous plait Ange .


Ceci fait, il embrassa tendrement son Angelique, les bras chargés de draps un peu usagés destinés à en faire de la charpie, puis salua Emma .

Je repasserai un peu plus tard, une fois les livraisons effectués.

Puis il s'adressa à son Frère de Meute en disant;
Nuage je te confie Ange !
Gardes là !
Ne la quittes pas d'un poil hein !


Et c'est un peu inquiet de laisser son Aimée derrière lui qu'il remonta dans l'attelage, pour se diriger vers le refuge où l'attendait Cara .

Angélique LeRoy a écrit:

la caleche arriva devant les grilles du Manoir.Immense , imposant, le manoir avait été parfaitement entretenu par les personnes qu'Angelique avait engagé pour l'entretien

Elle descendit de la caleche avec l'aide de Lou puis salua Emma a son tour

Bonsoir Emma et merci d'etre venue m'aider a tout preparer.

Elle ne quittait pas des yeux Lou il semblait inquiet aussi le rassura t elle

Ne vous inquiétez pas mon Amour je vais faire tres attention

Angelique posa une main sur son ventre encore plat

Je veille sur notre futur enfant

Angelique repondit tendrement a son baiser puis le regarda s'eloigner apres avoir donné ses consignes a Nuage

Celui ne tarda pas a suivre pas a pas Angelique

Venez Emma nous allons sortir des armoires tous les draps ,serviettes....tout ce qui peut servir


Emma.Roseray a écrit:Se dandinant sur ses pieds d'avant en arrière tout en fixant la porte en attendant qu'Angélique lui ouvre, le sous d'une calèche
lui fit dévier sa fixation de la porte.
Elle aperçu Louis Oscar suivit d'Angélique qui descendaient de la calèche qui semblait bien chargé.


Bonsoir Louis Oscar, de même ! Bonsoir Angélique !
Oui vous avez tout à fait raison ,il faut s'entre aider dans ces moments là.


Elle les salua puis suivit Angélique dans son manoir qui était bien loin d'être petit !
Elle vivait seule avant la dedans ? Elle devait se perdre ! Emma sourit amusée à cette pensée.


Elle aida Angélique à prendre tout ce qu'il fallait, draps, serviettes, couvertures ...

Il faudrait en laisser là aussi non ? Car si l'on prend tout, vous n'aurez plus rien pour les personnes qui viendront ici, non ?
Pour installer les chambres. Vous devez avoir une centaine de chambres ici !


Emma rit se disant qu'elle ne devait pas en avoir autant mais une bonne dizaine au moins non ?

Angélique LeRoy a écrit:
Angelique rit en entendant les propos d'Emma

Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il y a une centaine de lits....mais nous avons de quoi parer au plus pressé et rassurez vous du linge il y en a...si vous voulez me suivre

Angelique sourit a Emma et se dirigea vers une grande piece qu'elle avait fait vider. Des étagères,etaient recouvertes de serviettes ,draps,torchons

De grosses malles attendaient d'etre ouvertes

Angelique se tourna vers Emma et lui demanda gentiment :

Pouvez vous m'aider a mettre tout cela dans le grand placard au fond de la piece? J'ai remplis quelques malles de vêtements : il y a des corsets,des jupons et des robes

Ces modeles sont simples mais j'ai pensé que cela serait utile

Angelique se depecha d'ouvrir les malles et d'installer le tout avec l'aide d'Emma...elles devaient encore aller voir si les lits etaient prets avant l'arrivée de Lou et des passagers


Louis-Oscar a écrit:La plage choisit pour ce débarquement en Normandie était très proche du Manoir, et fort heureusement vu l'état d'épuisement physique et moral de l'ensemble de ces gens...

Le premier groupe d'ilien, escorté par le jeune Maire arriva donc bien vite devant les grilles du Manoir , où deux gardes veillaient la sécurité du lieu.


Nous y voilà, encore quelques pas et vous pourrez vous reposer et manger un bon repas chaud !

Il guida le groupe jusqu'au grand salon, transformé en salle à manger pour l'occasion.

Prenez place, on va vous servir de quoi vous régaler et reprendre des Forces, Votre Régente , la Duchesse Madalena est déjà en ces murs, vous ne tarderez pas à la croiser je pense.

Des chambres vous sont préparées également.

Louis -Oscar installa l'enfant qu'il portait toujours sur le bras à sa mère, lui adressant un sourire, puis dit encore.

Je ne peux hélas m'attarder...
Je retourne jusqu'à la plage escorter vos concitoyen jusqu'ici.

Vous êtes ici chez vous jusqu'à demain.

Jour du grand Départ vers ces Terres du Berry.
Nous avons déjà tout organisé pour vous tous, transport et nourriture.

Prenez soin de vous d'ici là, et que Pascal guide nos pas !


Angélique LeRoy a écrit:


Angelique arrivée un peu plus tot avait aidé la Duchesse de Saint Simon a descendre de la diligence

Vous avez l'air épuisée.Toute cette organisation...Vous devriez vous reposer

Angelique l'accompagna a la porte de la suite qu'elle avait préparé a l'intention de la duchesse

J'ai mis du linge ,des dessous et des robes qui viennent de ma boutique a votre disposition

J'en ai également pour toutes ces dames.Voulez vous que je vous fasse servir un plateau dans votre chambre

Angelique lui sourit et tira sur les double rideaux


Madalena a écrit:Madalena avait failli se casser la figure dans toute sa classe ducale à la sortie de la diligence, tellement ses jambes ne voulaient plus la porter. Elle avait cependant souri à la dame, dont la gentillesse et les attentions étaient trésor plus précieux que tout en ces instants si difficiles.

Je crois qu'il vaut mieux oui, sinon je ne serai bonne à rien et je ne peux pas laisser tomber les habitants.

Elle la suivit jusqu'à l'endroit qu'on lui avait réservé.

Merci infiniment pour tout Madame. Je n'ai pas faim, je pense que je vais dormir directement plutôt.
avatar
Louis-Oscar

Messages : 684
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Louis-Oscar le Lun 6 Fév - 21:35

Louis-Oscar a écrit:Au cimetière de la ville :

Esteban d'Eu a écrit:Installé près de l'église de la Fraternité de Pascal Saint Lambert en plein centre ville, depuis maintenant près de cinq siècles, ce cimetière accueille les dépouilles mortuaires des notables du village...




Faute de place, les plus modeste se font inhumer dans des fosses communes au nord-est de la ville, dans le vieux cimetière, celui-ci datant bien plus d'avant l'ère médiéval...


Ethelstan a écrit:L'heure était grave et chacun s'activait selon ses compétences...
Aussi, je décidais de contacter par faucon le Monastère qui se situait non loin du village d'Eu...

Sept moines ne tardèrent pas à se présenter à L'Iliade, où je m'entretenais avec eux de la situation...

Les moines, serviteur par définition, me suivirent donc...
Et sur la carriole chargée de bois habituellement, on pouvait deviner des formes humaines enveloppées d'un simple drap comme linceul...
Les massives armoires Normandes de chaque maisonnée avaient pourvu aux linges de lin..

Le brave Nestor tirait donc à travers les rues son chargement macabre, tandis qu'un des moine hochait cette clochette dont le seul son commandait à fuir...

Le Glas s'était enfin tu, mais le village semblait maintenant enveloppé par un voile de peur...
Cette Peur qui parfois vous paralyse, vous empêchant de réfléchir plus avant, vous empêchant presque de respirer...
Et tel un naufragé qui se sent sombrer, est prêt à toutes les folies pour tenter de remplir une dernière fois ses poumons de cet air vital pour lui...

Fort heureusement les habitants étaient solidaires et l'entraide et l'organisation magistralement orchestrées par son ancien élève, Louis-Oscar, permettait d'éviter ce genre de travers...

Revenons en à nos morts, si vous voulez bien...!

Il fut décidé après concertation, que les dépouilles seraient incinérées...

Et paré de ce masque de tissu sur mon nez et ma bouche ( sur ordre de Camille, donc ça ne se discute pas hein...!), ma voix semblait comme assourdie, et en devenait presque impressionnante...( Trouillard moi....? Non ... ). Je récitais une prière tout en traçant un P sur chaque linceul, utilisant l'huile d'argousier consacrée qu'il me restait, avant d'entasser les trop nombreux corps sur le bûcher...

Puis accompagnais ces pauvres âmes enfin libérées de leurs souffrances humaines vers le Tout -Puissant par une litanie funèbre.


Au refuge de Cara :

Cara a écrit:
ALERTE EPIDEMIE !!!!


Branle bas de combat pour Cara et ses sans abris ! Une épidémie touchait les côtes Normandes et elle ne voulait pas que ses protégés l'attrape, ils avaient assez souffert comme ça en étant dans la rue depuis des mois ou des années pour certains, elle ne voulait en aucuns cas qu'ils l'attrapent pour souffrir, sans aucunes hésitations elle les soignerait si vraiment la maladie s'attrapait mais en attendant, elle allait tous les mettre dans une chambre, rideau séparés des parents et enfants afin d'avoir un intimité et si les malades contaminés venaient dans la journée, il y aurait une chambre spéciale pour eux, l'infirmerie !

La bas, Cara a tout les soins nécessaire en cas de toux, de nez qui coule, de coup de froid et pourrait très bien aller chercher des plantes afin de fabriquer le remède qui diminuerait les effets. Elle n'avait pas de temps à perdre !

Rassemblement dans la grande salle y compris les bénévoles s'il vous plait?

Il n'y avait pas vraiment le temps de s'asseoir et Cara donna les directives à chacun.

Bien...je ne sais pas si certains d'entre vous en ont entendu parler mais...une épidémie s'approche de nos côtes et...ils vont venir ici car c'est un refuge pour sans abris mais c'est également le seul sur Eu pouvant accueillir de nombreux malades et médecin qui pourront s'en occuper dont moi. Mon compagnon Pierre que je n'ai pas eu encore la joie de vous présenter va m'aider à les emmenés ici, quant à vous, vous ferez tout de même une inspection afin de savoir si vous n'en avez pas les symptômes. Ceci est une question de prévention, vous serez tous dans une seule chambre afin de limiter les dégâts, ou bien côte à côté, les parents d'un côté et les enfants de l'autre oui, cela sera mieux je pense...je vous rassure ils ne sont pas encore là ne paniquez pas surtout pas, nous sommes là d'accord ?

Cara essaya de les rassurés au mieux car une épidémie n'était pas à prendre a la légère et c'était encore moins une partie de plaisir ! Elle demande à tout le monde de rassembler ses affaires et les bénévoles de préparer plusieurs petits repas pour eux et de les rassurés au maximum.


pierreangel a écrit:pierreangel  arrive au refuge que tient sa colombe, il regarde autour de lui . Il y a du monde de tout âge, des enfants, des adultes, des personnes âgées, certains habillés presque correctement et d'autres avec des vêtements déchirés.
son regard arrive sur la frêle silhouette de son adorable étoile. Elle lui tourne le dos, il s'avance vers elle et pose sa main sur l'épaule de sa bien aimée :

Bonjour ma douce colombe !


Cara a écrit:Cara, aidant les bénévoles à la cuisine apporta les repas près aux sans abris afin qu'ils se rassasie un peu, ensuite ils passeront tous unes visite médicale, ah la la, cela lui rappelait l'armée avec les visites médicales qu'elle faisait aux soldats mais aujourd'hui, elle était propriétaire d'un refuge qui allait accueillir plusieurs malades l'armée était derrière elle et ce n'était vraiment pas plus mal ! Quand elle revint vers la cuisine, elle sentit quelqu'un la prendre par l'épaule et regardant la main, elle reconnut celle de son ours, un sourire éclaira son visage.

Oh mon ange, vous êtes venu !

Elle le serra dans ses bras, heureuse qu'il vienne sur son lieu de travail et puis, avec ce qui se passait il avait proposer son aide ce que Cara avait accepter avec un immense plaisir, travailler avec son amour comment ne pas résister? Avant de le présenter à chacun des sans abris, elle devait leur faire passer leur visite pour voir si aucun n'avait de symptômes de cette maladie qui venait les enquiquinés ! Cela venait rapidement en générale et se répandait comme une traînée de boue sous une roue de carriole !

Mon ours, avant de vous présenter à ma deuxième famille comme je les appels, je vais devoir les auscultés afin de savoir s'ils n'ont pas contracter la maladie, s'ils n'ont rien de suspect, je pourrez vous les présentés, je ne peux pas le faire avant au cas ou qu'ils vous contamine aussi je m'en voudrais terriblement de vous voir malade. Voulez vous faire quelque chose en attendant? Aider les bénévoles en cuisine par exemple ou bien, m'aider à l'infirmerie? Je vous laisse le choix mon ours.


pierreangel a écrit:pierreangel serre sa belle colombe dans ses bras et dépose un doux baiser sur sa joue

Ne vous inquiétez pas pour moi !

puis montrant les sans abris,

Ils ont plus besoin de vous que moi ! ce que vous faites est vraiment extraordinaire. !

pierreangel prend le visage de son étoile adorée et la regarde droit dans les yeux

Je vais vous aider à l'infirmerie

Il dépose un doux baiser sur les lèvres de son astre


Louis-Oscar a écrit:Après avoir déposé son Aimée au Manoir des Quatre Cœur qui devait recevoir les réfugiés avant le Grand Départ, Louis-Oscar refit le plein de Victuailles en mairie, et se dirigea cette fois  vers Refuge de Cara, qui soignait et isolait les malades,  limitant ainsi la propagation de l'épidémie....

Hoo  tout doux mon Beau...
Lança t'il à l'équidé .

Il sauta au bas de l'attelage et commença par se charger des draps destinés à la charpie.

Le jeune maire frappa et entra sans attendre de réponse.
Il salua les gens présents :


Le Bonjour à vous !


Puis apercevant Cara qui se dirigeait vers lui, Pierrangel à ses cotés, il poursuivit :


Coucou à vous !

Je vous apporte quelques provisions qui sont encore dans la calèche, et puis ceci, c'est pour faire de la charpie.

J'ai également quelques masques de tissus, si vous devez approcher des personnes infectées.
Faut vous couvrir le nez et la bouche avec , vous lavez souvent les mains avec de l'eau vinaigrée, faire bruler de la sauge dans des braseros pour purifier l'air.


Le jeune homme sembla réfléchir quelques instants, passant en revue toutes les recommandations de sa Mère adoptive...

Ces plantes là, c'est pour faire des infusions.
Pas très bonne au gout, mais très efficace pour tenir les maladies éloignées m'a affirmé Camille ...!
Ah ..et aussi elle m'a dit de vous prévenir qu'elle ne viendrait vous aider au refuge que demain...
Elle est restée à L’Iliade pour veiller sur les Bambins et rassembler quelques affaires s'il nous fallait fuir la Normandie..., vu qu'Ange est avec Emma pour préparer son Ancien Manoir à recevoir les réfugiés...

Puis il pensa à sa discussion avec son Conseiller et Ami, et dit encore:

Des demain Pierre nous réquisitionnerons tout ce qui peut rouler, carrioles, charrettes, fiacres et diligences. Pour préparer l'exode...

Et sa voix se fit plus grave...
Milles et unes images défilèrent dans son esprit...

Qu'il serait difficile de laisser l'Iliade et cette ville magnifique qu'est Eu...

Mais si la Vie est à ce prix, alors oui !
Sans hésitations il irait de l'avant vers cette Terre Promise...


Cara a écrit:C'était une chose qui ne changerait jamais, Cara s’inquiétait pour son entourage, ses amis mais particulièrement son amour de Pierre dont elle ne voulait pas qu'il attrape cette cochonnerie de maladie, elle pourrait la soignée bien sur mais...elle ne voulait tout de même pas qu'il l'attrape ! Hors de question ! Elle répondis à son doux baiser en s'approchant de lui et l'embrassa tendrement. Elle sourit en entendant les mots venant de son ours qui la touchait beaucoup, ses sans abris étaient comme sa deuxième famille, lorsqu'elle leur rendait visite elle riait avec eux, elle mangeait avec eux et bien souvent, aux plus petits surtout à Louise qui attendait que sa famille vienne l'adoptée, elle leur racontait des histoires.

D'accord, je vais demander aux premiers de venir s'y installer, c'est juste la porte la bas sur votre gauche mon ours. Les petits loups, on va commencer par vous, je vous rassure ce n'est pas douloureux du tout.

Louise n'avait pas l'air d'avoir les symptômes mais elle voulait commencer la première en tenant son doudou dans ses bras. Cara lui tendit la main afin de la rassurée que tout irait bien mais quelqu'un frappa à la porte. Elle demanda à Louise de l'attendre sur le lit de l'infirmerie en attendant, elle accueille Louis Oscar qui entrait.

hrp:
LO, s'il te plait, ne fait pas agir mon perso Smile je t'en remercie d'avance c'est pas méchant hein^^

Bonjour Louis-Oscar, bienvenue au refuge, j'allais justement faire une visite médicale aux sans abris.

En l'écoutant, en tant que Maire de la ville LO avait l'air de bien s'y connaitre en soins médicaux et protection, Cara avait penser également à se protéger la bouche et le nez. Toutes les informations étaient bien arrivés aux oreilles de Cara, et était contente en plus de son ours d'avoir une aide supplémentaire. Au niveau du lavage de main, le vinaigre était efficace mais elle avait aussi ses onguent anti bactérienne donc elle se servirait des deux bien entendu.

Je vois que vous avez tout apporté, il ne manque plus que les draps que Angélique nous a dit et les bénévoles sont en train de préparer des repas également pour les sans abris afin qu'ils prennent des forces.

Elle se tourna vers son ange puis vers LO.

J'ai une diligence également même deux si cela peut aider...



pierreangel a écrit:pierreangel tenant toujours la main de son étoile, vit entrer Louis-Oscar. pierreangel écouta son ami avec attention :

Bien je m'en occuppe dès demain !

Puis se tournant vers sa colombe :

Je vais vous aider pour les auscultations des sans abris! ceux qui ne seront pas malade nous les enverrons au Manoir des quatre coeurs.

Se tournant vers la porte, pierreangel appela son majordome Guillaume :

Préparer une des dilences de Dame Cara nous y installerons les sans abris les plus faibles et les enfants pour les tranporter au Manoir des quatre coeurs. Quand aux autres, ils s'aideront mutuellement! vous m'avez compris Guillaume

Oui Monsieur je ferai ce que vous venez de me dire

Puis regardant sa colombe :

Allons-y ma belle étoile, nous avons du travail !

pierreangel dépose un doux baiser sur les lèvres de sa bien Aimée


Cara a écrit:Cara attendit un instant avant d'aller faire ses auscultations, le temps que LO décharge tout tout ce qu'il y avait à enlever de la carriole. Une fois ceci fait, elle embrassa son amour tendrement avant d'aller retrouver Louise dans l'infirmerie avec son ours et de l'auscultée. La petite était avec sa poupée et Cara lui caressa les cheveux afin de la rassurée.

Ma puce, tout va bien se passer, je vais juste regarder si ton cœur bat correctement, ta tension, si tu ne tousse pas et si tu n'a pas de fièvre alors ça sera très rapide et si tu n'est pas malade tu pourra retourner jouer un peu avant d'aller voir un ami à Pierre, le jeune homme que tu vois ici pour te ramener dans une grande grande maison...

Elle fit le geste en même temps en écartant grands les bras.

...où plusieurs personnes seront réunis en attendant que cette vilaine maladie se guérisse vite d'accord ?

Cara lui fit une bise sur le front, puis prépara une bassine d'eau et y plongea des onguent anti-bactériennes pour se laver les mains dedans. Un masque sur le nez et la bouche afin de la protégée, elle en tendis un à son amour et de se désinfecter les mains également. Cara vérifia le pouls de la demoiselle en lui demandant de respirer bien fort. Celui ci était un peu rapide mais Louise avait l'air un peu stressée donc elle devait penser que c'était du au stress. Elle toucha son front dont la température avait l'air correcte puis lui demander d'ouvrir la bouche en tirant la langue.

Fait ahhhhh comme ça ma chérie.

Elle lui montra l'exemple et tout semblait normal.

Eh bien ma chérie, tu n'as strictement rien si ce n'est que ton cœur bat un peu vite mais j'ai plus l'impression que c'est la peur...

Oui Cara...j'ai peur de tout ce qui se passe et j'ai peur de ...de...d'attraper çaaaaaaaaaaa !

Louise se mit à pleurer et Cara la prise dans ses bras afin de la calmée doucement.

Ma puce, tu ne l'aura pas, là où tu vois c'est un grand manoir avec plein d'enfant comme toi et de personnes qui ne sont pas malades, une immense maison avec un grand jardin et plein de cachettes ou tu pourra te cacher afin de jouer à cache cache !

Elle sécha ses larmes et regarda Cara.

Cache cache ? Ah...bah...bah d'accord.

Louise serra Cara contre elle puis descendit du lit. Elle devait aller voir Guillaume afin qu'il l'emmène dans le fiacre. Elle sortit juste la tête par la porte et lança un « SUIVANT » pour faire entrer le prochain et la journée se passa à l'infirmerie. Cara, marqua à chaque fois sur un parchemin qui était malade et qui ne l'était pas. Sur trente sans abris dont les enfants,  avaient attrapés la maladie et deux adultes qu'elle demanda de rester à l'infirmerie. Sur chaque front de malades, elle posa un linge humide afin de faire baisser la température et préparer un décoction de plante qui plus tard deviendra une tisane à boire tous les jours. Cara fit bouillir 3 à 4 branches de thym dans de l'eau et une fois que le bouillon commença à devenir jaune, elle ôta les branches et ajouta une à deux cuillères de miel. En attendant de faire tout cela, elle demanda à son ours de veiller sur chaque malade, les rassurés afin qu'ils ne s'inquiètent de rien, elle savait qu'il ferait cela avec calme et gentillesse dont il avait la qualité.
La tisane prête, elle leur donna une tasse à chacun. Le reste des sans abris non contaminé devait tout de suite aller au Manoir des Quatres Coeur.


En Mairie :


Louis-Oscar a écrit:Le lendemain, grâce à l'implication de chacun et à une organisation sommaire, le mouvement de panique se transforma bien vite en une mobilisation fébrile.

Le vaste manoir des Quatre Cœurs fut préparé par Angélique et Emma pour recevoir La duchesse Madalena et ses gens des îles de la Principauté de Guernesey, où ils pourraient se reposer et reprendre des forces avant le grand départ.

Les malades regroupés au Refuge de Cara où elle leur dispensait les meilleurs soins avec l'aide de volontaire.

Les attelages réquisitionnés grâce au travail de son Ami et Conseiller à la Sécurité.

Les morts furent transportés au cimetière de Eu, où son ancien précepteur, aidé de ses moines, assura la crémation.

Le jeune Maire de son coté, distribuait victuaille et linge de maison selon les besoins...

Samedi 2o juin 1655, Jour du Grand Départ .

Nuage à ses pieds, Louis-Oscar était debout face à  la grande table de travail, où différents vélins étaient alignés...
Il tentait d'organiser et de planifier au mieux les différents convois...

De la sauge brulait dans le petit brasero, comme dans la plupart des maisons et habitations ...

Il s'exprima à voix haute, comme souvent quand il tentait de résoudre un problème épineux...
Il faut dire que le jeune loup était un interlocuteur de choix dans ces moments là ...!


Bon, Si on part sur la base de trois convois...
Le premier rapide, composé de diligences et de cavaliers ...

Les deux suivants plus lents, composés de carrioles, de charrettes...

Ah ben la roulotte de Danath et Camille pourrait faire partie du troisième, fermant ainsi le convoi..?
Et personne de devrai avoir à marcher, il y a suffisamment de véhicules pour tous !

T'en penses quoi..?

Évidemment Nuage, pas contrariant, mais visiblement très intéressé, signifia son approbation !


Bon pour le premier convoi, nous faudra un minimum d'outils...
Non.. Il nous faudra voyager léger..
Juste nourriture et boisson...
Couverture, et draps pour charpie, ou linceul...

Oui...c'est le mieux je pense...
En cas d'Avari, l'attelage en panne attendra le convoi lent qui suivra, et ses gens répartis .

Oui...Bon...
Me faut maintenant prévoir le ravitaillement pour chaque convoi !

Viens mon Beau, on va aux Entrepôts de la Mairie préparer ça !


Fort heureusement les réserves de la Mairie, grâce aux habitants, était suffisantes pour subvenir aux besoin de tout ce monde.
Les gens d' Eu et de Guernesey ne souffrirons pas de la faim au moins !

Il restait à Louis-Oscar d'afficher ce plan quand à l'organisation des convois, et rassemblement sur la place du village .


pierreangel a écrit:pierreangel arrive juste au moment où Louis-Oscar allait sortir.

Bonjour Mon Ami, les gardes font des rondes dans la ville et dirigent les habitants dans les lieux de départs.
qu'il y a-t-il de plus à faire ? est-ce que je peux vous aider ? à moins que j'ailles aider Dame Cara pour les malades !


pierreangel attend les ordres.

( à suivre ...)
avatar
Louis-Oscar

Messages : 684
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Louis-Oscar le Ven 10 Fév - 0:46

Louis-Oscar a écrit: Le Grand Départ , vers ces Terres d'espoir...


Louis-Oscar a écrit: Les trois convois étaient enfin prêts...

Le premier, composé des attelages rapides, serait conduit par le jeune Maire qui avait soigneusement préparé l'itinéraire.

Le second par Pierreangel.

Et le dernier par Danath et Camille, les parents adoptifs de Louis-Oscar à bord leur roulotte, et fermerai ainsi la marche.

Une longue file de véhicules, avec à leur bord la population de Eu et de SPP, n'attendait que l'ordre de départ...

Louis Oscar, debout sur son siège contempla une dernière fois cette ville qu'il aimant tant...
Puis croisant les yeux de son Aimée à ses cotés, il y puisa la force et l'inspiration pour s'adresser à tous ces gens qui n'attendaient que son Ordre.

Il inspira profondément, passa sa main dans ses cheveux, puis se redressa légèrement, et comme mû par une nouvelle détermination il clama :

Nous Partons !
Regardons devant nous, l'espoir nous guide et nous porte.
Puisses Pascal veiller sur chacun de nous.



Madalena a écrit:Après une nuit de sommeil profond et lourd, Madalena s'était levée et avait eu la merveilleuse surprise de trouver Charlotte, sa camériste, Pierre, son intendant, ainsi que l'ensemble de son personnel en train de charger ses affaires et les leurs dans des charrettes.

- Mes amis, je suis heureuse de vous retrouver, mais que ne m'avez-vous pas réveillée plus tôt ?
- Vous aviez besoin de repos Madame, et vous voyez, tout le monde avait bien compris.


En effet, elle constata que tout le monde était affairé à se préparer pour la seconde partie du voyage. Elle passa de l'un à l'autre, donnant qui un coup de main, qui un mot de réconfort. Elle ne les laisserait jamais tomber, quoi qu'il arrive. Et elle aiderait toutes celles et ceux qui en auraient besoin, d'où qu'ils viennent.

Finalement, quand tout le monde fut prêt, elle embarqua dans l'attelage qu'on avait préparé à son intention avec Charlotte, gardant précieusement contre elle la lettre de Madame Victoria. Pierre quant à lui préféra rester avec les domestiques pour veiller sur le chargement avec eux.

Et enfin, le signal du départ fut donné. L'immense convoi s'ébranla comme un seul chariot, et tout le monde prit le chemin du Berry.


Yllian a écrit:Madalena et Louis-Oscar avaient fort bien pris les choses en main, leur dévouement et leur amabilité envers eux tous faisant oublier quelque peu le drame en train de se jouer.
Une fois la traversée accomplie, et après avoir pris un repos bien mérité, c’est à bord de charrettes spécialement mises à leur disposition qu’ils durent prendre place place pour la suite de l’exode.

Aucun mouvement de panique, ni même la moindre jérémiade ne s’élevait dans la foule.
Au signal le convoi se mit en mouvement, et la file de chariots se mit à soulever un épais nuage de poussière qui déclencha une nouvelle quinte de toux chez Yllian.
Sans mot dire il regardait à présent le paysage qui s’ouvrait à lui.
Il n’avait jamais quitté son île et regrettait déjà la mer au bord de laquelle il avait toujours vécu.
Tout de même, ce qu’il vit au cours du voyage lui redonna l’espoir d’une nouvelle vie et sans plus d’états d’âmes que cela, il songea que c’était là une occasion de prendre un nouveau départ.


Louis-Oscar a écrit:Le convoi rapide distança bien vite les plus lents, lourdement chargés. La première halte fut faite dans une clairière à quelques lieues de Paris seulement.
Quelques volontaires sous la direction du jeune Maire s'occupèrent de l'ensemble des chevaux, tandis que d'autres se chargèrent de préparer un feu.

Et cette première nuit d'exode se passa sans encombre, le désespoir n'assombrissait plus guère les visages ...
quelques discussions en apartés, quelques sourires résignés, chacun se faisait discret...

La frêle duchesse Madalena de Guernesey était elle aussi présente autour du feu embrasé, entourée de sa suite qui veillait au mieux à son confort.

Louis-Oscar et Angelique s'occupèrent principalement des bambins, qui avaient surtout besoin de courir et de rire un peu, après tout ce temps passé dans la diligence entre le Garde et leur gouvernante.

Ze voudrai bien que tu racontes une histoire ...
Celle du Sat botté
!
Demanda la petite Ange qui retardait ainsi son couché...

Non une autre Lou ! Lança Gabriel, qui avait déjà entendu l'histoire préférée de sa sœur plusieurs fois...

Et voilà La petite Ange sur les genoux de Lo, Angelique tout contre lui, Gabriel face à eux et Nuage au milieu...
Tous suspendus aux lèvres du jeune Maire, découvrant la merveilleuse histoire de Blanche Neige ...!

Il se peut fort bien que d'autres gens présents se régalèrent autant que les enfants, mais chut hein ...!

Puis chacun s’installât pour dormir un peu, sous la protection de quatre gardes qui se relayèrent pour veiller le camp...
Et le lendemain matin aux aurores, après un copieux petit déjeuner partagé, le convois s'ébranla à nouveau, direction Orléans cette fois ...!


Madalena a écrit:La première journée passa avec une Lena qui regardait le paysage, avec l'impression de débarquer sur une autre planète.

Elle avait vécu près de Reims durant son enfance et son adolescence, mais cette partie de sa vie lui avait été effacée de la mémoire il y a des années par une grave blessure à la tête, qui ne lui avait laissé que peu de souvenirs de sa vie avant Guernesey. Elle était en effet partie s'y installer une fois remise de ce drame qui lui avait également pris ses parents adoptifs.

Elle n'était en outre venue qu'une seule fois à Paris, il y a bien longtemps.

Par conséquent, elle ne reconnaissait rien du tout, et se sentait toujours plus perdue. Elle se doutait qu'il devait en être de même pour les autres Îliens.

Que serait cette nouvelle vie pour eux ? Comment seraient-ils traités ? Les gens avaient été fantastiques avec eux jusqu'à présent, mais qu'en serait-il à l'avenir ? Étaient-ils promis à devenir Français finalement ? Elle se rendit compte alors qu'elle ne connaissait même pas les Lois de ce pays, si tant est qu'elles ne changent pas après tout ça.

Le soir venu, elle s'installa autour du feu, suivant le flot. Monsieur Louis-Oscar gérait très bien les choses, et elle se contentait de transmettre à présent, pour qu'une seule voix donne les consignes et que ce ne soit pas le bazar.


- Qu'en est-il d'Acar ? demanda-t-elle à Charlotte.
- Sa Grâce votre époux est toujours sur le Millelieues, avec votre médecin personnel qui veille sur lui outre l'équipage. Il n'était pas transportable, et le médecin a estimé que c'était le lieu le plus sûr pour lui pour l'instant. Il ne peut pas attraper cette maladie en plus de la faiblesse qui le frappe déjà. Nous le ferons venir quand nous serons installés et que les choses se seront apaisées. Je leur enverrai un message par pigeon quand nous serons arrivés et ils enverront des nouvelles tous les jours. Ne vous inquiétez pas, tout ira bien.

La camériste rajusta le châle qu'elle avait déposé sur les épaules de la petite Duchesse. La situation était abominable pour elle aussi bien en temps que Régente que sur le plan humain et sentimental. Charlotte ne comprenait pas comment elle tenait encore debout.

Tout le monde alla finalement prendre un repos bien mérité. Au matin, après s'être bien calés l'estomac, tout le monde remonta en voiture. On poursuivait la longue route qui les séparait encore du Berry.

Elle relut pour la énième fois la lettre de Madame Victoria.


- J'espère que nous pourrons la revoir, cela fait bien long depuis sa visite. Nous voilà à lui rendre la politesse finalement, même si personne n'aurait imaginé telle chose.

Charlotte acquiesça vigoureusement. Elle-même fille d'apothicaire n'avait pas vu une chose pareille, ni n'en avait entendu parlé. En général la mer servait de barrière, mais cette fois elle avait transporté le mal...


Angélique LeRoy a écrit:
Angelique était prete a partir...elle avait donné son maximum d'energie pour installer tout le manoir pour les rescapés,aidée par Emma

Elles avaient servis les repas et Angelique avait preparé les malles dans la diligence

Le depart s'était passé sans accrochage et les enfants etaient restés calme

Angelique bien calée par des coussins avait pu prendre du repos grace aux bons soins de son merveilleux epoux

Il faut dire qu'un debut de grossesse n'était pas chose facile dans ces conditions

le soir venu a la halte Lou avait prit le temps de lire une belle histoire qu'Angelique avait ecouté blottie contre Lou

Elle ne le quittait pas des yeux et était tres fiere de lui

Il avait si bien su organiser un tel voyage et prendre en charge les rescapés tout en leur assurant la securité le confort et l'aide dont ils avaient besoin

Apres une nuit reparatrice passee dans les bras de son epoux et avoir fait dejeuner les enfants Angelique reprit sa place bien installée parmi les coussins

Le convoi repartait


Louis-Oscar a écrit:Le soir tombait doucement, le ciel était encore clair, et il fallait à nouveau trouver un terrain propice où passer la nuit...

Louis-Oscar plongea ses yeux sans ceux de son Aimée et sans rien dire, lui confia les rênes en souriant...
Ils s'étaient compris ...!
Il se hissa debout sur siège, leva sa main vers le ciel, tout en regardant les cochers des attelages qui suivaient.

L'ordre muet passa et les convois ralentirent, sans s’arrêter pour autant...

Nuage, assis sur son séant aux pieds d'Angelique sembla s'agiter un peu, et au loin le jeune homme cru apercevoir de la fumée...

Tout en restant à bonne distance des feux bien visibles maintenant, le jeune Maire missionna un garde monté, et lui demanda de s'approcher un peu, histoire de savoir si ses gens rassemblés au loin, ne présentaient aucun danger.
Ils ne devaient plus guère être loin d'Orléans maintenant...

Quelques minutes plus tard le cavalier revint et expliqua qu'il y avait là des gens de Rouen et de Paris et peut être d'autres encore.

Le jeune homme sauta au bas de l'attelage et se dirigea vers la diligence de la duchesse Madalena, et l'informa de la situation.


Votre altesse..? Et il s’inclinât légèrement avant de poursuivre :
Il semblerai que des convois d'autres villes , Rouen et Paris en l'occurrence, font halte pour la nuit en ces lieux.

Je vous laisse donc choisir.
On se joint à eux pour la nuit, où on avance un peu jusqu'à trouver un endroit pour poser notre camp...?



Madalena a écrit:Le convoi ralentit, et finalement elle vit apparaître Monsieur Louis-Oscar. Elle l'écouta attentivement avant de répondre.

Ne serait-il pas mieux de faire route tous ensemble ?

Toute étrangère qu'elle soit, elle restait farouchement pour l'entraide avant tout, et dans la situation présente cela lui semblait plus indispensable que jamais.


Louis-Oscar a écrit:La réponse de la jeune femme ne tarda point :
Ne serait-il pas mieux de faire route tous ensemble ?

Le jeune homme, ne put retenir un sourire qui apparu jusque dans ses yeux, son respect pour cette jeune personne, frêle qu'en apparence, n'allait qu'en s’accroissant.

Bien votre Altesse, je ne peux que cautionner votre décision. Il me semble dans ces circonstances, important d'avancer ensemble et de se soutenir pour appréhender nos lendemains en ces terres inconnues.


Louis-Oscar se hissa sur son attelage, sourit à son Ange et dit:

Nous y sommes presque, retrouvons les autres convois, et préparons la suite !


Madalena a écrit:La petite Duchesse acquiesça d'un signe de tête. Elle le vit repartir pour l'avant du convoi qui s'ébranla de nouveau.

Elle passa sa petite tête blonde par l'ouverture qui servait de fenêtre à la portière, et elle prit alors pleinement conscience du drame humain qu'ils étaient tous en train de vivre. Voyant les feux, qui devaient être ceux du campement des autres déplacés, elle en eut la gorge serrée.

Tant de personnes jetées sur les routes ! Tant de vies à reconstruire de zéro !


Elle se dit alors que si le Régent du plus grand Royaume du monde n'avait rien pu faire d'autre que de se trouver dans l'obligation d'infliger cela à son peuple comme à lui-même, elle n'aurait rien pu faire de plus que ce qu'elle avait fait.

- Paraît-il qu'ils ont dû évacuer le Mont Gaulefier aussi. dit alors Charlotte dont la voix lui parvint depuis l'intérieur du véhicule.

Elle se rassit donc.

- Ni Sa Sainteté ni Son Altesse Sérénissime n'ont rien pu faire pour arrêter ça alors. Comment moi j'aurai pu... Même Parrain n'aurait pas pu... On est bien peu de choses par Pascal.


Louis-Oscar a écrit:En s'approchant plus avant de se grand rassemblement, Louis-oscar dût veiller a bien tenir son attelage, rendu nerveux par cette foule, tandis que son Ange rassurait Nuage qui sentait de nombreux regard posés sur son Frère de Meute.
Les diligences furent alignées , les vaillants équidés soignés et nourris d'avoine puis les passagers de leur convoi aidés et guidés jusqu'au campements.
La petite duchesse était entourée et choyée par ses gens, tout semblait donc bien se dérouler.

D'un regard le jeune Maire balaya cette assemblée, crût reconnaitre quelques visages déjà croisés, quand il se figea...

Rêvait il..?
Ou était ce la fatigue accumulée et les épreuves traversées qui le faisait halluciner...?

Le jeune homme serra un peu plus la main d'Angelique, Nuage quand à lui était sur la défensive, sentant la tension palpable...

Il passa machinalement la main dans ses cheveux, les yeux ronds et sa bouche tout autant...

Oh...!


Ethelstan a écrit:Enfin ils arrivaient...
C'est que je commençais à m'inquiéter moi ...!

Je m'avançais donc, dans le groupe des braves gens qui proposait leur aide, et quand mon petit protégé m'aperçut, j'en fût tout remué..
Il était là debout, immobile, son épouse à ses cotés, son magnifique loup prêt à bondir.

Bon...je me décidais à m'approcher un peu, histoire qu'il ne passe pas pour un ahuri à rester ainsi ..!


Fermes ta bouche, tu vas gober les mouches !
C'est tout ce que je trouvais à dire, pour relancer cet arrêt sur image...

Et je fis trois pas pour le serrer dans mes bras, après quoi je pris la main de son adorable épouse et y déposa un chaste baiser.
un sourire aux bambins et un coup d’œil à Nuage.
Ouf, il m'a reconnu, c'est que j'étais pas une menace moi !

Il fallait des explications, évidemment...
Parce que Louis-Oscar ..et bien.. ...il a toujours besoin de tout comprendre...
Les mystères et lui...
Mais bon personne n'est parfait, et je décidais donc de les escorter jusqu'à mon petit coin de campement, leur distribuant de quoi manger et je m'installais pour leur expliquer.


Alors voilà, quand les convois sont partis de Eu, il me fallait faire le tour des maisons, c'est que des morts il y en avait encore...

Et Quand j'ai vu Camille et Danath fermer le convoi et vous suivre, j'ai réfléchis...

Je suis donc allé jusqu'au pigeonnier de l'Iliade, pour y récupérer vos faucons, comme quoi, un cadeau de mariage peut s’avérer utile hein !

Puis j'ai rédigé plusieurs missives pour correspondance entre les monastères.

J'ai accompagné les moines qui m'avaient assisté pour la crémation des corps, jusqu'au leur.
Tous les moines ont reçu l'ordre de descendre vers le sud, certain dans le Lyonnais, et d'autres en Terre Berrichonne..

Enfin, ça c'est déjà du passé.
Ce qui est important de savoir :

C'est que Vous serez accueillis sur Bourges et sur Sancerre par les moines qui ont tout organisés...!

Les habitants qui s'enfonçaient dans une sorte de routine sans grand espoir de lendemain prospère, voient maintenant votre venue comme un renouveau.

Vous serez donc attendu :
Certain chez les habitants, les belles constructions seront sans doute réservées au Roy et à sa cour.
Il existe d’après la missive reçue d'autres bâtiments en belle Pierre ; pour vos administrateur, où je sais pas qui ..
enfin, ça c'est votre organisation à vous hein !
Quelques maisons sont remises en état apparemment aussi.

Toujours possible un campement, vu que le temps s'y prête, le temps que de nouvelles demeurent soient édifier, mais vous aurez aide et main d’œuvre !
Mais surtout, vous pourrez confier au Monastères vos gens trop affaiblis et trop éprouvés par vos épreuves traversées...!
Les soins ils maitrisent....!
Pascal lu même et notre Tout Puissant en prime ont dû intervenir, pour inspirer à ce point mon vieil Ami qui dirige cet Ordre, pour réussir à mobiliser les habitants...
C'est pas possible autrement !


Je regardais leurs visages incrédules, et je souriais.
Humble serviteur de Pascal, je redonnais Espoir à ces gens démunis .
avatar
Louis-Oscar

Messages : 684
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Louis-Oscar le Ven 10 Fév - 0:47

Angelique a écrit: Angelique n'avait pas vu Louis-Oscar depuis un bon moment et commençait a s'inquieter...l'heure du repas était déjà passé...

Elle regarda de piece en piece en avançant dans le couloir du monastere mais ne trouvait personne

Au bout d'un moment une petite lueur attira son regard ...la porte de leur chambre était entrouverte et la piece était eclairée Elle avança doucement puis poussa la porte lentement

Lou était la penché sur un ecritoire lui tournant le dos

Alors sans bruit et sans un mot Angelique s'approcha posa doucement ses mains sur les epaules de Lou et deposa un baiser tendre dans son cou
avatar
Louis-Oscar

Messages : 684
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Louis-Oscar le Ven 10 Fév - 0:48

Louis-Oscar a écrit:L'ingénieuse lampe à huile diffusait une douce lumière, alors que le soir tombait...
Comme en apnée, Louis-Oscar s'était à nouveau coupé du monde, tout entier plongé dans ses écrits, oubliant le temps qui défilait...

Il sursauta légèrement quand il sentit les fines mains de son Aimée posées sur ses épaules, puis le plus tendre des baiser dans son cou le ramena à la réalité de l'instant.
Appuyant sa tête tout contre son adorable épouse, il ferma les yeux, inspirant profondément, pour mieux s'imprégner de son parfum qu'il aimait tant.

Coucou du soir mon Adorée !
Mille pardon, je n'ai à nouveau pas vu le soir arriver...


Puis il se leva, et fit face à son Aimée qu'il enlaça tendrement, déposant un doux baiser sur ses cheveux, puis sur ses lèvres.


Le Prieur va finir par me bouder si je rate encore l'heure du repas ...!


Puis voyant Angelique poser ses yeux sur ses écrits, il sourit en expliquant:


J'en suis arrivé à la halte faite près d'Orléans, lors de l'Exode.

Pour cette première partie, il ne me reste plus qu'à raconter notre arrivée ici, puis sur Bourges en tant que Gouverneur provisoire.
Qu'en pensez vous..?

J'ai repris le plus exactement possible les mots prononcés par chacun, pour retracer fidèlement tout ce que nous avons traversé.
Après l'Iliade, on dirait bien qu'on est en pleine Odyssée cette fois...

Je ne me vois pas, comme Hercule affronter des créatures mythiques pourtant...


Louis-Oscar plongea alors ses yeux dans ceux de son Aimée, et tenta de déceler dans son regard si bavard, ce qu'elle en pensait.

avatar
Louis-Oscar

Messages : 684
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Louis-Oscar le Ven 10 Fév - 0:49

Angelique a écrit:
 Angelique sourit , savourant cet instant quand il s'appuya contre elle....depuis tous ces evenements ils se voyaient peu occupés qu'ils etaient a aider les personnes en detresse

 Elle se blottie contre lui et l'ecouta puis lui sourit et parcouru les feuilles qu'il avaient recouverts de mots

 Pour en faire une bonne lecture Angelique alla s'allonger sur le lit ,puis reprit sa lecture

Vos ecrits sont une merveille,ils me font vivre a nouveau ces instants
avatar
Louis-Oscar

Messages : 684
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Louis-Oscar le Ven 10 Fév - 0:51

Louis-Oscar a écrit:Pour toute réponse, il eu droit au plus joli des sourires et à :


Vos ecrits sont une merveille,ils me font vivre a nouveau ces instants

Puis Angelique fila avec quelques vélins en main vers leur couche ...


Vous allez vous abîmez vos si jolis yeux à tenter de me lire dans cette demi pénombre...

Et tout en prononçant ses mots, il rangea sommairement son écritoire, et rapprocha de son Aimée la lampe qui s'y trouvait.

Il s'assit alors sur le bord du lit, laissant ses yeux s'attarder sur le beau visage de son adorable épouse...
Et quand leur regard se croisèrent, il découvrit cette lueur particulière, qui était comme une invitation.

Louis-Oscar, avec des gestes lents, retira alors les vélins des mains de son Aimée qu'il déposa sur la table qui lui servait de bureau, puis plongeant ses yeux dans les siens, il déposa ses vêtements sur le coffre,avant de s'allonger tout contre elle, lui ouvrant ses bras, son cœur et son âme.

Ma tant Aimée, vous êtes plus que ma vie... murmura t'-il avant de s'endormir.

Ho... c'est beau l' Amour ...!
Sauf qu'il a un peu oublié de vous présenter cet écritoire dont il parle depuis tout à l'heure,et qui est d'importance, vu qu'il va y passer pas mal de temps dessus.
De même pour cette lampe, cette chambre et ce lit fort étroit d'ailleurs, et pour cause..Mais la couche n'est censée recevoir qu'un moine...

       

Dans un monastère, les moines ne disposent que de minuscules chambres appelées parfois cellules, quand ce n'est pas des dortoirs...

Ange(et)Lo ont été gratifiés d'une chambre plus vaste, destinée en principe au Prieur, et vous aurez bien vite l'explication.
Mais pour des amoureux qui ne font qu'un quand ils s'endorment, ça ne pose guère de soucis après tout ...!



( à suivre...)
avatar
Louis-Oscar

Messages : 684
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP Privé] Où l'on découvre les chroniques d'une vie passée.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum